ORGANISATION

Planifier pour réduire les risques, vrai ou faux?

Certaines personnes sont accros à la planification, d’autres préfèrent suivre la vague. Les premiers diront que la planification leur permet d’avoir une vision globale de leur projet, les seconds diront plutôt qu’elle nuit à leur créativité. Les premiers diront qu’elle permet de venir voir les coups, alors que les seconds diront qu’ils traverseront la rivière quand ils y seront arrivés. Les points de vue divergent sur la planification. C’est pourquoi aujourd’hui on se demande si elle réduit vraiment les risques d’échec ou les risques d’erreur. Les risques en général quoi! À mon sens, c’est à la fois vrai et faux. À la suite de votre lecture, vous pourrez décider si la planification vous aide ou non.

D’abord, qu’est-ce qu’une bonne planification? Une bonne planification vous permet de voir à court, moyen et long terme sans pour autant vous enfermer dans un plan d’action trop serré. Vous devez avoir la liberté de réajuster vos actions et d’en ajouter de nouvelles qui vous passionnent par le fait même.

Comment la planification diminue le risque?

Prenons quelques instants pour faire la liste de quelques avantages d’une bonne planification.

1. Évaluer la situation actuelle. Avant de se lancer dans le futur, c’est important de faire le point sur où nous sommes. Pour vous aider dans votre planification, prenez le temps de regarder ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné dans vos projets jusqu’à maintenant. Si vous n’avez pas fait de bilan auparavant, essayez de vous rappeler ce que vous vous êtes dit tout au long du projet. Vous savez, les fameux «J’aurais dû…». La planification, c’est aussi faire le point sur la situation actuelle pour ajuster le tir.

2. Prévoir. Quand on pense à la planification, on pense automatiquement à prévoir. On imagine déjà les calendriers, les graphiques de Gant, les listes de tâches et les responsables. Planifier, c’est tenter de prévoir les prochains coups. En quoi tenter de prévoir est un avantage? Tout simplement parce que vous serez préparés et confiants lorsqu’une surprise s’imposera dans votre projet. Vous saurez où vous allez et quels chemins vous pouvez prendre pour vous y rendre. Vous saurez le temps que vous prendra ce chemin et où vous pourrez prendre des raccourcis. Surtout, vous saurez où vous ne voulez pas prendre de raccourcis, c’est-à-dire les étapes que vous n’êtes pas prêts à sacrifier.

3. Voir ce que vous pouvez déléguer. On parle souvent du fait que pour réussir son projet, il faut bien s’entourer. S’entourer permet de profiter des expériences professionnelles d’autres personnes pour améliorer votre projet. En planifiant, vous pourrez voir les étapes qui se chevauchent, les tâches qui vous demanderont plus de temps, etc. Vous pourrez mettre le doigt sur d’éventuels problèmes d’horaire, notamment. Vous pourrez donc choisir de déléguer certaines tâches pour avancer au rythme qui vous permettra d’atteindre vos objectifs.

4. Voir si vous avez besoin d’un conseil extérieur. En se lançant les yeux fermés dans un projet, on avance à tâtons. On y va au gré du vent et on règle les problèmes quand ils apparaissent. La planification vous permet de demander l’aide extérieure, celle qui ne provient pas des ressources professionnelles comme au point précédent, mais plutôt d’un coach ou d’un mentor. Non seulement vous pourrez profiter de son expérience, mais il pourra vous donner des conseils objectifs sur votre planification même. Vous pourrez ajuster vos délais, profiter de ses conseils pour éviter les pièges, etc.

Pour ces quelques raisons, la planification diminue assurément le risque, mais est-ce suffisant?

Planifier, pas paranoïer

La planification est une méthode de travail qui permet d’évaluer et de prévoir les différentes étapes d’un projet ou d’une tâche. On y inclut une to-do list souvent accompagnée de dates d’échéance. Bien entendu, la planification est personnelle. Ce peut être un calendrier mural, des notes regroupées dans un cahier ou un logiciel de gestion de projets en ligne.

Il y a quelques mois, j’écoutais une conférence sur Creative Live. Le conférencier parlait de pantsing versus planning. Le concept est particulièrement intéressant. Pantsing signifie planifier à outrance, surplanifier. Êtes-vous du genre à TROP planifier?

Quand vous planifiez trop, vous devenez esclaves de votre planification. Non, vous ne diminuez pas les risques. Vous les augmentez. Vous augmentez notamment les risques :

  • de manquer de liberté créative dans votre projet ;
  • de manquer de temps. Quand tout est réglé au quart de tour, un seul imprévu apparaît et tout prend le bord ;
  • d’être malheureux, car stressés par vos propres exigences.

La planification devrait vous donner confiance et non vous stresser davantage. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à demander de l’aide à une personne de votre entourage ou à une personne qui s’y connaît dans votre domaine. L’idée sera d’alléger votre planification pour augmenter votre confiance, votre bien-être et vos chances d’atteindre votre objectif.

Alors, la planification diminue-t-elle les risques?

Bien sûr, la planification diminuera les risques d’échouer ou de faire des erreurs. Vous aurez planifié les étapes et vous saurez où vous vous en allez. Rappelez-vous qu’il y a tout de même une chose que vous ne pourrez jamais planifier… les humains. Nous sommes tous humains et l’erreur est humaine.

Alors, planifiez, mais laissez-vous la liberté d’expérimenter, de créer et de choisir une voie qui vous rendra heureux.

Tagged , , , , , , ,

About Marie-Michèle Martel

Accompagnement en autoédition pour faire de l'auteur, l'entrepreneur de son livre! www.mariemichelemartel.ca
View all posts by Marie-Michèle Martel →

Laisser un commentaire